Psychonutrition

Les TCA troubles du comportement alimentaire sont de plusieurs types :
Anorexie, Boulimie et Hyperphagie boulimique.

Ceux sont les plus courants

Tous troubles alimentaires nécessite un suivi psychologique, nutritionnel et médical.

Anorexie

L'anorexie est défini comme la maladie des 3 A :

Amaigrissement

Amenhorre

Anorexie

L'origine du trouble est assurément poly factorielle, il est inutile de choisir le choix un "bouc émissaire" qui ne fait que majorer un sentiment de culpabilité qui est déjà assez présent dans l'entourage de ces malades.

Aujourd'hui, il est encore impossible de dire avec certitude pourquoi ce trouble touche certains jeunes plus que d'autres. Ce qui est sur c'est que l'adolescente en souffre avec une grande souffrance psychique, qu'elle ne fait pas ça pour ennuyer ses parents. Souvent c'est associé à une pratique intensive du sport, un isolement. Elle peut faire suite à une période de régime, d'où le fait d'éviter les régimes chez les adolescentes. Mais l'on sait que ses origines sont multiples et croisées, mêlant facteurs psychiques, nutritionnels, affectifs, ou encore socioculturels. Comme une goutte d'eau qui serait venue faire déborder un vase déjà trop plein, les histoires des malades évoquent toutes un élément déclencheur, un déclic : un régime trop strict, une remarque blessante, un traumatisme, une rupture

La boulimie

Anorexie et boulimie

L'anorexie est un trouble alimentaire qui se définit par un refus de s'alimenter, associé à une peur excessive de prendre du poids et d'être gros(se). Elle touche très majoritairement les femmes (9 femmes pour 1 homme), et touche 2% de la population féminine, dès l'adolescence, voir dès l'âge prépubère. La perte de poids est très rapide, allant de 15% à 50% du poids normal pour l'âge et la taille de la jeune fille.

CRITÈRES INTERNATIONAUX DE L'ANOREXIE MENTALE (DSM V, 2013) :

A. Restrictions des apports énergétiques par rapport aux besoins conduisant à un poids significativement bas compte tenu de l'âge, du sexe, de la courbe de développement et de la santé physique. Un poids significativement bas est défini comme un poids inférieur au minimum normal, ou, pour les enfants et les adolescents, inférieur au minimum attendu.

B. Peur intense de prendre du poids ou de devenir gros, ou comportement persistant pour contrecarrer la prise de poids alors que le poids est significativement bas.

C. Altération de la perception du poids et des formes corporelles avec influence excessive sur l'estime de soi ou persistance d'un déni de la gravité de la maigreur actuelle.

Spécifier le type :

Type restrictif : pendant l'épisode actuel d'anorexie mentale, le sujet n'a pas, de manière régulière, présenté de crises de boulimie ni recouru aux vomissements provoqués ou à la prise de purgatifs (laxatifs, diurétiques, lavements).

Type avec crises de boulimie/vomissements ou prise de purgatifs : pendant l'épisode actuel d'anorexie mentale, le sujet a, de manière régulière, présenté des crises de boulimie et/ou recouru aux vomissements provoqués ou à la prise de purgatifs (laxatifs, diurétiques, lavements).

La boulimie est un trouble alimentaire qui se définit par l'ingestion répétée, en un temps très court, d'une très grande quantité de nourriture (jusqu'à plusieurs milliers de calories). L'obsession du poids et de la minceur conduit la personne boulimique  à recourir à des stratégies de contrôle de poids visant à empêcher la prise de poids. La boulimie peut être suivi de vomissement ou non dans ce cas c'est une hyperphagie boulimique.  L'origine psychologique n'est pas la même. Elle est 10 fois plus fréquente que l'anorexie, et touche 7 femmes pour 3 garçons.

La boulimie avec vomissement a toujours une origine psychologique.

Elle se produit de plusieurs façon.

Soit par L'arrivée d'une ou plusieurs crises de boulimie (« binge eating »). Une crise de boulimie répond aux 2 caractéristiques suivantes :

Absorption, en une période de temps limitée (par ex., moins de 2 heures), d'une quantité de nourriture largement supérieure à ce que la plupart des gens absorberaient en une période de temps similaire et dans les mêmes circonstances.

Il y a toujours un Sentiment d'une perte de contrôle sur le comportement alimentaire pendant la crise (par ex., sentiment de ne pas pouvoir contrôler ce que l'on mange ou la quantité que l'on mange) suivit d'une grande culpabilité.

Les comportements inappropriés surviennent tous deux, en moyenne, au moins 1 fois par semaine pendant 3 mois.

L'estime de soi est influencée de manière excessive par le poids et la forme corporelle.

La boulimie peut survenir pendant des épisodes d'anorexie mentale ou indépendante.

TCA 

L'anorexie et la boulimie s'accompagne de symptômes tels que la dépression, le stress, l'anxiété, le mal être, les obsessions alimentaires et corporelles, addiction au sport, troubles de l'estime de soi et de l'image de soi, dysmorphophobie (peur et conviction d'avoir une disgrâce corporelle au niveau du ventre, des cuisses, des genoux, des mollets, des bras...), perturbations émotionnelles, risques suicidaires... C'est ce qui nécessite un suivi par un psychothérapeute.

Ayant une connaissance dans les troubles alimentaires, je comprends et connais vos difficultés, je vais être à votre écoute sans jugement. Vous comprendrez pourquoi ce trouble s'est installé dans votre vie et cela vous aidera à en sortir très progressivement. C'est un long travail qui se fait en profondeur car des questions affectives et émotionnelles sont en particulier en jeu, et ce depuis l'enfance. Vous prendrez conscience des progrès que vous faites de jour en jour, de mois en mois, d'année en année, jusqu'à guérir.

Bien sûr, il faudra adjoindre à la psychothérapie, mais pas forcément tout de suite, un suivi diététique spécialisé, et plus tard éventuellement une thérapie corporelle de votre choix (il en existe des centaines). Vous pourrez adjoindre en complément diverses thérapeutiques, comme l'hypnose par exemple.

adipiscing ante. et, mi, ut elementum ultricies mattis consectetur